mercredi 9 avril 2014

L'ADN des élections...

C'est quand ça va mal que l'on trouve les ressources nécessaires à l'affranchissement de nos espérances.

Je ne m'expliquerai pas longtemps là-dessus.

Mes effets littéraires ne méritent pas tant d'attention.

L'essentiel c'est que rien ne va parvenir à crever ma grosse bulle d'optimisme.

Ni les obligations du jour.

Ni le Parti Libéral du Québec.

Je demeure confiant en quelque chose qui transcende tous ces comités qui usurpent le pouvoir populaire.

Ce quelque chose est là, dans l'air du temps, même si l'on n'y croie pas tant que ça.

Ce n'est pas tant un cas de croyance qu'une évidence tirée des bas-fonds et même des hauts-fonds de la société.

Ce système-là s'effondre tous les jours un peu plus.

Il devient tous les jours plus risible, plus dénué d'égards et de soutiens.

À une époque où l'on peut décortiquer l'ADN d'un microbe il est ironique de faire de la politique et de l'économie comme si nous étions au temps de la reine Victoria.

Politiquement, nous ne sommes plus, en théorie, des gueux à qui l'on botte le derrière à grands coups de canne à pommeau d'or.

Économiquement, nous pourrions distribuer de l'énergie libre et gratuite en fouillant dans les brevets d'invention de Tesla, par exemple. Plus de guerre et plus de profits monstres pour des corporations qui s'accaparent les ressources de l'État afin de nous faire passer du statut de créancier à celui de débiteur. On capterait l'énergie issue des champs magnétiques de la Terre, tiens. Et ça roulerait tout seul, sans avoir à faire le plein. Est-ce que je rêve? Fuck! Je ne suis pas ingénieur mais l'idée me semble moins compliquée que de décortiquer l'ADN d'un trou du cul. Ou bien de fabriquer Little Boy quelque part au Nouveau-Mexique avec des gars de l'Université McGill...

Tout est possible, le meilleur comme le pire, mais ça personne ne le sait vraiment.

On fonctionne avec l'idée que tout est toujours pareil et pourtant tout change tout le temps, qu'on le veuille ou non. Et ce n'est pas parce que j'ai lu Héraclite que je vous dis ça. Cela coule de source qu'on ne se baigne jamais deux fois dans les mêmes eaux.

Où est-ce que je veux en venir avec toutes ces niaiseries que je vous débite comme un shaman égorgé par un ami du général Custer?

Hum...

Je veux en venir à ceci que nous sommes plus près d'une révolution aujourd'hui que nous ne l'étions hier.

Cela vous semble irréaliste, gens du Québec? C'est pourtant en train de se réaliser.

Nous ne sommes pas aussi cons que nous en avons l'air.

Au moins deux personnes sur trois n'ont pas appuyé le Parti Libéral du Québec. Et il y en a pour dire qu'ils ont gagné? Gagné quoi? Gagné qui?

C'est le système tout entier qui vient de perdre la face.

Les Québécois sont maintenant disponibles pour autre chose.

L'anarchisme a remporté une grande victoire lundi dernier.

Tout n'est qu'une question de temps.

Ou de timing.




3 commentaires:

monde indien a dit...

D ' ici je ne sais pas bien ce qui se passe vraiment chez vous - mais sans trop de vanité on peut imaginer que ça doit un peu ressembler à ce qui se fait ici - peut-être en moins pire -
Quant à la politique, je suis assez pessimiste - mais pas défaitiste -
Je ne crois hélas qu ' aucune révolution pointe son nez de si tôt -
La majorité des terriens semble bien aller comme un seul homme / ou femme / vers les délires de consommations , pouvoirs , mégalomanies , ... qui ravagent déjà la planète ...
Je cherche et attends les moyens de faire sécession -
Marinaleda ??

Gaétan Bouchard a dit...

Cela se ressemble partout de nos jours... Peut-être que la solution viendra de partout en même temps. Tout va changer, qu'on le veuille ou non. C'est la loi de la vie.

Gaétan Bouchard a dit...

Cela se ressemble partout de nos jours... Peut-être que la solution viendra de partout en même temps. Tout va changer, qu'on le veuille ou non. C'est la loi de la vie.