jeudi 18 septembre 2014

L'Ukraine, l'Écosse et l'indépendance des gens de Blanc-Sablon

Les contes et fabliaux sont de loin plus intéressants que n'importe quel commentaire politique. Plus je lisais Le journal d'un écrivain du grand Dostoïevski et plus ma position s'est affermie à ce sujet. Tout ce qui relève du commentaire politique dans Le journal d'un écrivain finit par susciter un profond ennui. Idem pour Choses vues de Victor Hugo. Pourtant, il y a de vrais perles tant dans Le journal d'un écrivain que dans ces Choses vues puisque leurs auteurs y transcendent la gestion courante des affaires humaines par l'apport de récits intemporels.

Je m'en voudrais que mon blogue devienne un compendium de perles et de commentaires politiques niais. Il me faut néanmoins prendre ce passage obligé pour être sincère envers vous et moi.

Ainsi, on ne pourra pas dire que j'étais insensible aux heurts et malheurs de mon temps.

***

Je soutiens l'indépendance de l'Écosse et, ça tombe bien, le référendum se tient aujourd'hui. Plusieurs Québécois, Bretons, Basques, Atikamekws et Catalans doivent se croiser les doigts en ce moment-même, souhaitant que Scotland the Brave provoque un peu d'émois dans ce Commonwealth qui n'en finit plus d'être anachronique.

Si l'indépendance s'y réalise, c'est parce que les indépendantistes écossais n'ont pas eu peur d'utiliser les vrais mots pour signifier leur quête de liberté plutôt que d'adopter ces stratégies ratées et frileuses propres aux bonzes du Parti Québécois. On ne veut tellement pas faire peur aux Québécois chez les péquistes que les électeurs finissent par voter pour les fédéralistes pour être pleinement rassurés. On ne veut tellement pas de la gauche et du socialisme qu'on finit par voter conservateurs...

***

Maintenant l'Ukraine...

En 1962, lors de la Crise des missiles de Cuba, John F. Kennedy a lancé un ultimatum à la Russie pour faire retirer les missiles soviétiques à têtes nucléaires qui pointaient en direction de la Floride via Cuba. À la fin d'octobre 1962, les missiles furent retirés histoire d'éviter une guerre nucléaire.

Les Américains ne supportaient pas que les Soviétiques viennent poster des missiles à quelques centaines de miles de leurs côtes.

Il semble que l'on fasse deux poids deux mesures avec l'Ukraine, qui s'intègre au giron européen en plus de vouloir adhérer à l'Otan. Les missiles américains seront bientôt pointés vers la Russie via l'Ukraine... Et vous souhaiteriez que les Russes fassent comme s'il fallait chanter sous la pluie?

Le droit à l'autodétermination des peuples est un principe presque sacré. Il est valable pour les Écossais comme pour les pro-Russes ukrainiens, les Québécois, les Atikamekws ou les gens de Blanc-Sablon qui voudraient se rattacher à Terre-Neuve.

***

Là-dessus, je vous quitte. Assez de politique pour aujourd'hui.


Aucun commentaire: