mercredi 11 juillet 2018

Lucien le sage

Lucien aurait pu passer pour sage.

Quand tout le monde paniquait autour de lui, Lucien affichait un calme qu'on aurait dit olympien.

C'est cette apparence de grand calme qui le faisait passer pour sage.

Quand le gérant ou bien un autre bon à rien pétait une bulle, Lucien était le seul à ne pas sourciller et à regarder le spectacle de la bêtise humaine avec un sourire en coin bienveillant.

Il se disait qu'il n'allait pas se faire chier pour une job de cul avec des airs de boeuf.

Et il poursuivait son chemin, tant bien que mal, sans rien dire.

Néanmoins, ça bouillonnait au-dedans de Lucien.

Il enregistrait tout le tabarnak.

Pas un seul mensonge ou une seule injustice ne lui échappait.

D'autant plus qu'il notait sur un papier: date, heure et nature de l'événement discordant.

Lucien n'avait jamais pété les plombs.

Et on le tenait pour sage.

Mais il ne l'était pas.

Et il a fini par péter un plomb.

Il a commencé par le gérant.

Il est rentré dans son bureau, a refermé la porte, et lui a hurlé aux oreilles toutes les vilenies et injustices qu'il avait commises au cours des dernières années. Le gérant ne pouvait rien faire d'autre qu'écouter puisque Lucien lui lisait son petit cahier tout en l'empoignant par la gorge.

On l'a congédié, évidemment.

Lucien ne s'en est porté que mieux.

Désormais, on sait bien qu'il n'est plus sage.

Il parle tout le temps. Ridiculise les policiers. Traverse aux feux rouges. Travaille au noir.

Quant à son ex-gérant, il s'est claqué une dépression parce que Lucien l'a au moins convaincu qu'il était vraiment un tas de marde.

Pour le reste, eh bien la vie continue.

Pour les sages comme pour les fous.

Que voulez-vous qu'on y fasse, hein?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.